Touche pas à mon recrutement

Hier soir, l’émission Capital sur M6 diffusait un reportage (très mal) intitulé « Pôle emploi, Le Bon Coin : ils se battent pour vous trouver un travail » 
A travers plusieurs reportages, le journaliste s’employait surtout à nous exposer comment en 2016 le recrutement traditionnel – celui auquel je crois, est devenu « has been ».

Car oui, le vrai sujet c’était le recrutement, et je peux vous dire que j’ai encore de l’urticaire en repensant à tout ce que j’ai entendu.

Le problème des journalistes généralistes c’est que par définition ils ne sont pas spécialistes (cela va sans dire mais ça va mieux en le disant). Par conséquent … ils racontent ce qu’on veut bien leur dire sans vérifier, ils font des raccourcis, et en arrivent à dire n’importe quoi.

Pourvoyeur d’emploi ou hébergeur d’offres d’emploi ?

Le boncoin par exemple. On connaissait le boncoin pour vendre ses vieux cd ou acheter un bureau d’occasion. Aujourd’hui le site serait une référence en matière d’emploi compte tenu du nombre d’offres d’emploi présentes. Il serait même (je cite) « pourvoyeur d’emploi ». Pardon ? Les employeurs ont petit à petit déposé des annonces sur son site, certes, car elles ont le mérite d’être gratuites. Ailleurs sur tous les sites spécialisés emploi elles sont payantes (et très chères). Les employeurs profitent donc d’une visibilité importante sans débourser d’argent.  Mais le boncoin n’a pas vocation à enrayer le chômage, il s’en fout royalement – et on ne peut pas lui en vouloir, c’est une entreprise à but lucratif qui n’a rien à voir avec une institution publique luttant contre le chômage. Tellement peu d’ailleurs qu’à partir du 1er octobre le dépôt des offres d’emploi deviendra payant.

Alors non, le boncoin n’est pas pourvoyeur d’emploi c’est un site internet qui héberge des offres d’emplois ce n’est vraiment pas la même chose. Ce n’est qu’une question de sémantique peut être mais les mots ont un sens. On n’apprend pas cela en école de journalisme ?

Tu « switches » ou tu « matches »?

Vient le tour du cabinet de recrutement. Je me dit « chouette, enfin on va parler recrutement pour de vrai ». Que nenni. Une collaboratrice nous explique sourire aux lèvres que c’est « super rapide » de passer une annonce sur leboncoin et que cela lui permet d’avoir beaucoup de CV à proposer à ses clients. Comment ? Je bondis de ma chaise ! Ils proposent des CV ? C’est ça leur métier ? C’est ça le recrutement aujourd’hui ? En même temps j’aurai du m’en douter. Sous leur logo, on peut lire « Des CV ciblés & qualifiés ». Pas un instant dans le reportage le directeur du cabinet ne parle de candidats. Mais si vous savez les candidats, ces êtres vivants qui respirent, qui parlent, qui pensent et qui ont des compétences ? Cela ne vous dit vraiment rien ?

Pour en avoir le cœur net je suis allée me promener sur leur site internet. Je lis que leur prestation se compose de « gestion des CV reçus », de « scoring » et autre « matching ». Donc pour ce cabinet, le recrutement en 2016 c’est envoyer des feuilles de papier à des employeurs. Formidable avancée en effet.

Autre avancée technologique dans le recrutement si l’on en croit le journaliste, l’application mobile. Je dépose une offre d’emploi, l’application me propose des profils censés correspondre à ma recherche (grâce à des algorithmes et des mots clefs). Si les profils « me plaisent » (je cite) j’appuie sur le bouton vert sinon sur le bouton rouge. Bref je « switch ». Recrutez comme vous draguez en somme. J’ai du mal à croire ce que je vois et ce que j’entends. Personne n’a donc d’éthique ? En fait surement pas l’équipe rédactionnelle de Capital puisque je découvre que le boncoin a investit dans la start-up qui développe cette application. C’est donc un reportage commandé pour faire de la publicité gratuite… Tout s’explique !

Des nouveautés pas si nouvelles que ça…

Quant à l’immersion d’un journaliste dans une agence pôle emploi on se demande en quelle année le reportage a été fait. Ou plutôt quel âge a le journaliste pour être autant déconnecté. Il découvre que les conseillers Pôle Emploi prennent plus de temps pour les chômeurs les plus éloignés de l’emploi…. Heu oui c’est le principe en fait, ça fait plus de dix ans que c’est comme ça. Il trouve aussi fantastique la « nouvelle » méthode de recrutement par simulation (la fameuse MRS). Allo on se réveille! En 2007 déjà, la MRS s’est vue décerner un label par la HALDE dans le cadre de l’année européenne de l’égalité des chances pour tous.

Je passerai sur le lamentable cliché « les chômeurs sont tous des fainéants qui préfèrent rester chez eux que travailler » qui a bien duré une demie heure (rappelons que pratiquement la moitié des demandeurs d’emploi ne sont pas indemnisés). En revanche je pousse un énorme coup de gueule sur le fait que pour appuyer ses dires, le journaliste se permet de contacter un demandeur d’emploi en lui faisant croire qu’il va lui faire passer un entretien d’embauche. Or, il le fait se déplacer juste pour le piéger en caméra cachée en lui faisant dire qu’il travaille au noir. Il s’est pris pour l’inspection du travail ?

Bref vous l’aurez compris cette émission m’a beaucoup (beaucoup) énervée. C’est un ramassis de clichés honteux, d’informations vaseuses et/ou erronées. Le recrutement c’est sérieux. Ce n’est pas un jeu pour smartphone, ça ne s’improvise pas. Ce n’est pas en mettant des mots anglais partout que l’on devient crédible.

Il serait temps qu’un journaliste qui souhaite parler d’emploi et de recrutement s’intéresse vraiment au sujet, se renseigne où il faut (je suis dispo si besoin 😉 ) et dispose un tant soit peu d’un regard critique.

Avez-vous regardé l’emission? Qu’en avez-vous pensé?


Pour aller plus loin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*