Résultats Concours IDEAL PRONOSTICS

Bonjour à tous,

La Coupe du monde est terminée, il est temps de découvrir le/la gagnant(e) de notre concours.

Conformément au règlement, les participants s’étant inscrits plusieurs fois avec des adresses mail différentes ont été invité à ne conserver qu’un compte : ceux qui n’ont pas répondu à notre demande, ont vu tous leurs comptes supprimés.

Dans la liste ne figurent donc que les participants ayant respecté le règlement.

Le gagnant est donc M. DRIDI Bruno avec 117 points. Félicitations. Nous allons prendre contact avec vous dans la semaine.

Bruno DRIDI 117
Nathalie SAILLANT 111
Mary CARLUS 102
Miralda AUBIN 102
Hélène GUILMEAU 96
Vincent BOUTHIER 93
Francine TISSERON 84
Sigrun HANF 84
Emmanuelle ROYER 81
Florian HIVIN 81
Romain NOVARETTI 78
Sonia LACABARATS 78
Timothé DIDIERJEAN 78
Astrid COURMONT 78
Cathelyne POUGHEON 69
Anthony HENRI 60
Maud SELLIER 33
Laurent BRILAND 33
Melanie BAJOUE 18
Ilham IBNOUJABEL 12
Anael LEGUILLOCHET 9
Kunta KINTE 9
Smail SOUIGA 6
Christelle LEDUC 6
Emilie MENEGLIER 0
Sylvie LEPESANT 0
Sabrina LEGUEN 0
Benoit HAMONT 0
Sabina DELAROCHE 0
Miralda AUBRY 0

Merci à tous de votre participation.

A très bientôt, et en attendant n’hésitez pas à consulter nos offres d’emploi.

L’équipe IDEAL PROFEEL

Concours IDEAL PRONOSTICS

Oyez Oyez !

Plus que 9 jours avant le coup d’envoi de la Coupe du monde de football 2018 en Russie. L’occasion pour IDEAL PROFEEL d’organiser un jeu concours entre le 05 juin à 12h et le 15 juillet 2018, avec à la clef une console de jeux PS4 à gagner + le jeu FIFA 2018 bien sûr.

Pour participer, rien de plus simple : il suffit de pronostiquer l’équipe que vous voyez gagnante dans chaque match. Chaque pronostic correct donne droit à un point. Le(a) gagnant(e) est celui(celle) qui aura le plus de point à la fin. En cas d’ex aequo, un tirage au sort aura lieu.

Le règlement complet est disponible sur le site du concours, que vous pourrez retrouver ici : http://shakr.cc/17qid 

Pour l’instant seuls les matches de poule sont disponibles, les matches suivants seront proposés aux pronostics au fur et à mesure.

Vous pouvez établir vos pronostics jusqu’à la dernière minute avant le début du match en question.

Une seule participation par jour est autorisée. Le concours est limité à 250 participants, alors n’attendez plus !

 

The Apprentice, le KohLanta du CDI (sans les flambeaux)

Hier soir, M6 a diffusé 2 épisodes de sa nouvelle télé réalité “The Apprentice” (en français, tout simplement “l’apprenti”). Adapté d’un format américain qui porte le même nom, 14 candidats s’affrontent pour décrocher… un CDI ! Bruno Bonnell, un des premiers entrepreneurs à avoir introduit le marché de la robotique de services en Europe et accessoirement co-fondateur des sociétés Infogrames/Atari (si vous avez moins de 35 ans cela ne vous parlera pas) assure le rôle à la fois de présentateur et de recruteur.

Une vision intéressante

Si le concept nous laisse un peu sceptique (Jouer pour gagner un emploi, n’est ce pas aller trop loin? Trouver du travail est-ce un jeu?), le postulat de base reste intéressant. En effet, le recruteur s’affranchit des diplômes et des expériences des candidats pour n’observer que leurs compétences lors de mises en situation concrètes. Le candidat qui rassemblera le plus de compétences nécessaires au poste à pourvoir sera retenu.

Certes, cette méthode n’est pas nouvelle, même Pôle Emploi la propose depuis plus de dix ans sous le nom de MRS “Méthode de recrutement par Simulation”. Des exercices sont mis en oeuvre pour reproduire par analogie le poste de travail : ce sont donc les habiletés nécessaires pour occuper un poste qui seront repérées.

En l’espèce, dans ces deux premiers épisodes, Bruno Bonnell cherche à observer la capacité des candidats à vendre, à tenir des engagements vis-à-vis d’un client, à s’affirmer en leader d’une équipe, à être créatif dans la prospection clients, à gérer des stocks.

Cette méthode de recrutement n’est donc pas révolutionnaire, mais c’est intéressant de notre point de vue de la présenter au grand public. Nous nous battons au quotidien pour faire comprendre à nos clients que les candidats ont avant tout des compétences. Ce sont ces dernières qui apporteront de la valeur ajoutée à leur entreprise, pas leur diplôme quand bien même il serait délivré par une grande école. Il faut s’affranchir le plus possible du CV, nous en sommes convaincus. Un bon point donc, pour tenter de bousculer les méthodes traditionnelles de recrutement.

Un recruteur plutôt juste

L’autre aspect sur lequel nous avions beaucoup d’a priori c’est le rôle à tenir du recruteur. Le rôle oui, car en effet si Bruno Bonnell est dans la vraie vie un chef d’entreprise et qu’il cherche réellement à recruter son directeur développement commercial, “The Apprentice” n’en reste pas moins un jeu télévisé. Il faut donc un casting avec des fortes personnalités, du charisme pour faire le show et intéresser les téléspectateurs (Audimat quand tu nous tiens). Il n’y a qu’à voir la version américaine, et la réplique devenue célèbre de Donald Trump “You’re fired” (“vous êtes viré”).

Or, et c’est plutôt une bonne surprise, Bruno Bonnell n’en fait pas trop. Bien sûr il aura des postures assumées “personne importante” (il trône entouré de ses deux bras droits dans un bureau géant, il a un chauffeur, il ne peut jamais assister aux mises en situation car il a trop de travail…) mais on sort un peu du cliché “méchant patron/recruteur” qui humilie à tour de bras pour asseoir un quelconque respect et ça c’est plutôt pas mal. Ses remarques sonnent plutôt justes quand il évoque les réalités du commerce : décrocher un contrat c’est bien, mais encore faut-il assurer le service vendu derrière ; se déclarer être leader c’est aussi s’avoir s’affirmer comme tel.

Des candidats trop “clichés”

En revanche niveau cliché, avec les candidats on est servi. Le diplômé d’HEC arrogant, macho et fayot (oui, le pauvre Alexandre il cumule), Nadia commerciale dans l’automobile qui aime à nous répéter que la vente “c’est sa vie” mais qui pleure dès qu’on lui fait une remarque (j’ai un petit coeur sensible qui bat sous ma carapace de winneuse), la jeune mère qui veut prouver à sa fille qu’on peut être maman et avoir un poste à responsabilité (pourquoi quelqu’un en doute encore en 2015??) etc…

Sans compter qu’on ne comprend pas bien ce que la plupart d’entre eux font là : chefs d’entreprise (à 21 ans oui oui) , responsables commerciaux de luxe (d’après la voix off, Vinh vend quotidiennement des avions à plusieurs millions d’euros)… Si tout cela est réel pourquoi participer à cette mise en scène? Pourquoi renoncer à son statut d’entrepreneur pour redevenir salarié? Passer à la télé? C’est là que la crédibilité du concept s’effrite.

Un format non adapté

On en revient donc à notre scepticisme initial : un jeu pour un emploi, n’est ce pas une association malheureuse? N’est ce pas antinomique par essence? Car oui c’est bien un jeu et un jeu télévisé de surcroît. Tous les codes de la télé réalité sont réunis : casting étudié, mises en scène évidentes, montages vidéo forcément subjectifs, effets d’annonces…

Que l’on fasse un jeu sur des pseudos aventuriers ou sur des chanteurs ratés passe encore. Mais jouer avec un sujet aussi sérieux, préoccupation numéro un des français dans le contexte de crise actuelle, est plutôt mal venu.

Reste que les candidats sont consentants, savent où ils mettent les pieds. Loin de nous l’idée de dénoncer ici le concept même de la télé réalité, ce n’est pas le sujet. Nous pensons juste que si l’idée de base était intéressante le format jeu télévisé est peu apte à la traiter comme il le faut.

Et vous qu’en pensez-vous?


Pour aller plus loin :