Résultats Concours IDEAL PRONOSTICS

Bonjour à tous,

La Coupe du monde est terminée, il est temps de découvrir le/la gagnant(e) de notre concours.

Conformément au règlement, les participants s’étant inscrits plusieurs fois avec des adresses mail différentes ont été invité à ne conserver qu’un compte : ceux qui n’ont pas répondu à notre demande, ont vu tous leurs comptes supprimés.

Dans la liste ne figurent donc que les participants ayant respecté le règlement.

Le gagnant est donc M. DRIDI Bruno avec 117 points. Félicitations. Nous allons prendre contact avec vous dans la semaine.

Bruno DRIDI 117
Nathalie SAILLANT 111
Mary CARLUS 102
Miralda AUBIN 102
Hélène GUILMEAU 96
Vincent BOUTHIER 93
Francine TISSERON 84
Sigrun HANF 84
Emmanuelle ROYER 81
Florian HIVIN 81
Romain NOVARETTI 78
Sonia LACABARATS 78
Timothé DIDIERJEAN 78
Astrid COURMONT 78
Cathelyne POUGHEON 69
Anthony HENRI 60
Maud SELLIER 33
Laurent BRILAND 33
Melanie BAJOUE 18
Ilham IBNOUJABEL 12
Anael LEGUILLOCHET 9
Kunta KINTE 9
Smail SOUIGA 6
Christelle LEDUC 6
Emilie MENEGLIER 0
Sylvie LEPESANT 0
Sabrina LEGUEN 0
Benoit HAMONT 0
Sabina DELAROCHE 0
Miralda AUBRY 0

Merci à tous de votre participation.

A très bientôt, et en attendant n’hésitez pas à consulter nos offres d’emploi.

L’équipe IDEAL PROFEEL

Concours IDEAL PRONOSTICS

Oyez Oyez !

Plus que 9 jours avant le coup d’envoi de la Coupe du monde de football 2018 en Russie. L’occasion pour IDEAL PROFEEL d’organiser un jeu concours entre le 05 juin à 12h et le 15 juillet 2018, avec à la clef une console de jeux PS4 à gagner + le jeu FIFA 2018 bien sûr.

Pour participer, rien de plus simple : il suffit de pronostiquer l’équipe que vous voyez gagnante dans chaque match. Chaque pronostic correct donne droit à un point. Le(a) gagnant(e) est celui(celle) qui aura le plus de point à la fin. En cas d’ex aequo, un tirage au sort aura lieu.

Le règlement complet est disponible sur le site du concours, que vous pourrez retrouver ici : http://shakr.cc/17qid 

Pour l’instant seuls les matches de poule sont disponibles, les matches suivants seront proposés aux pronostics au fur et à mesure.

Vous pouvez établir vos pronostics jusqu’à la dernière minute avant le début du match en question.

Une seule participation par jour est autorisée. Le concours est limité à 250 participants, alors n’attendez plus !

 

Un peu de sérieux que diable !

Je ne sais pas vous, mais moi il y a des mots qui me donnent de l’urticaire. Et en ce moment, la lecture de notre flux d’activité Linkedin y contribue largement.

Je ne compte plus les phrases empruntées au Dalai Lama, à John Lennon et autres consorts (je ne serai pas étonnée d’y voir bientôt Jean-Claude VanDamme !) brandies comme des leitmotiv quotidiens : pour être heureux soyez bienveillants avec les autres (ça y est je commence à me gratter).

De la bienveillance à la cool attitude

La bienveillance ! Ce mot magique que l’on met à toutes les sauces.

La parentalité doit être bienveillante – ce sont bien sûr ce qui n’ont pas d’enfants qui en parlent le mieux. Le dirigeant doit être bienveillant – et puis il doit être “manager”, ou « CEO » en anglais dans le texte, quand bien même il ne sait pas aligner 3 mots dans la langue de Shakespeare parce que ça fait plus « cool ». Voilà ce que l’on veut nous imposer jusque dans l’entreprise : la cool attitude.

Aujourd’hui le recrutement lui-même s’y met. Fini les DRH, RRH, RH. Il faut être « chief happiness officer » telles des petites licornes qui distribueraient du bonheur le matin en passant dans les bureaux, façon Bisounours sur leur arc en ciel.

Les candidats ne sont pas des consommateurs

Désormais, l’idée en vogue c’est qu’une entreprise cherchant à recruter se doit d’être originale. Finies les annonces classiques : il paraît que ces dernières ne sont pas gage de bonnes candidatures en retour et que c’est ennuyeux pour un recruteur de rédiger des annonces (faut changer de métier hein!).

On passe aux offres d’emplois sous forme d’infographies ou de vidéos agrémentées de musique de fond pop rock avec des fondus artistiques. Bref tout un attirail de bruits et d’images en mouvement qui à mon sens brouillent le propos : j’ai l’impression d’être devant une publicité qui doit me vendre ce dont je n’ai pas besoin alors que je cherche un emploi, et j’aimerai savoir si cette entreprise et ce poste peuvent me correspondre.

Et puis il y a cette dernière tendance (très présente sur Linkedin) qui consiste à tutoyer le potentiel candidat dans les offres d’emploi, façon campagne « I want you » de l’armée Américaine en 1917.  Mais qu’est ce que cela veut dire?

A force de vouloir tout révolutionner par principe on n’en oublie l’essentiel : en face des offres d’emplois il y a des candidats qui cherchent du travail. Et je ne vois pas au nom de quoi on devrait leur parler en anglais, les tutoyer, les prendre pour des consommateurs écervelés.

A l’heure où les entreprises sont de plus en plus présentes sur les réseaux sociaux, il y a largement de quoi façonner sa marque employeur avec un angle  « sympa » si on en a envie, mais les offres d’emploi ne sont pas le bon terrain pour ça.

Et je vous assure qu’on peut rédiger des annonces « classiques » et avoir de très bonnes candidatures en retour – mais c’est un métier c’est vrai ! 🙂

A bon entendeur !

Bonnes fêtes 2017 !

Il est déjà temps pour nous de vous souhaiter de bonnes fêtes de fin d’année.

Nos bureaux à Paris et Toulouse restent ouverts pendant les deux semaines à venir (hormis le 25 décembre et le 1er janvier, comme tout le monde 😉 ).

Vos candidatures et vos postes à pourvoir seront donc accueillis avec plaisir !

A très vite

 

Contrats aidés, contrats d’avenir ; vont-ils vraiment disparaître?

Dans un contexte de réforme du Code du travail, on a tout entendu ou presque sur l’avenir des contrats aidés. “Fin des contrats aidés” “Les contrats aidés sur la sellete””Les contrats aidés dans le collimateur du gouvernement” … Qu’en est-il vraiment aujourd’hui?

Muriel Pénicaud, la Ministre du Travail,  a indiqué (réponse écrite à la question de la sénatrice Vivette LOPEZ publiée au JO Sénat le 14/09/2017*) que l’enveloppe consacrée aux contrats aidés serait portée à environ 310 000 sur l’année (soit 30 000 emplois aidés de plus que les 280 000 contrats prévus en loi de finances initiale). Mais ils seront recentrés « sur les publics les plus éloignés du marché du travail et là où ils sont indispensables à la cohésion sociale et territoriale »



Ainsi, les contrats aidés relevant du secteur non marchand sont limités à certaines priorités thématiques et territoriales :

— l’accompagnement des élèves en situation de handicap ;
— les secteurs d’urgence en matière sociale et de santé (actions du secteur associatif, aide alimentaire, accompagnement social ou d’hébergement des jeunes enfants, etc.) ;
— l’outre-mer ;
— les communes rurales en difficultés financières pour assurer la nouvelle année scolaire dans de bonnes conditions.

Les emplois d’avenir sont quant à eux réservés aux seuls renouvellements de contrats s’il s’agit de poursuivre un parcours déjà engagé à condition que le financement soit disponible et que soient respectés les engagements de l’employeur sur la formation et l’accompagnement du bénéficiaire.

La ministre du Travail justifie le strict encadrement des contrats aidés par la volonté de mener une politique d’emploi efficace soulignant qu’en matière d’insertion professionnelle, seul 26 % des contrats aidés se concluent par un emploi durable.


Pour aller plus loin

Consultez la question écrite de la sénatrice Vivette Lopez (LR) publiée dans le JO Sénat du 07/09/2017 et la réponse du Ministère du Travail : question écrite n°01155

Les contrats aidés, qu’est ce que c’est ?